Les auteurs français

Quand les auteurs français écrivent une histoire qui se déroule en Italie, je ne peux pas citer les erreurs monumentales, historiques et autres que je vois… Les producteurs italiens sont obligés d’envoyer des lettres de rectifications et d’insultes qu’ils me font traduire, à ma plus grande joie, mais que le secret professionnel m’oblige à garder pour moi.

Un historien français, respectable (plus que moi), raconte les agissements du gendre de Mussolini – Ciano – au ministère de l’Intérieur à Rome, quand, à cette époque, il était consul en Chine ! Dans l’autre sens, voir plus loin mon Napoléon à Sainte-Hélène…

Dernièrement, un producteur italien recevant une proposition de « colossal[1] » en coproduction de six épisodes pour la télévision me dit : « Ils sont fous, vos compatriotes ! Ils veulent tourner sous la tente de Vercingétorix, quatre épisodes sur six ! Ils ont le sens de l’action et du spectacle ! Et pour un film sur César !!! Ils pensent que, dans le monde, Vercingétorix est plus connu que César et que les légions romaines ! »

Oui, les frictions sont fréquentes à cause de ces coproductions englobant six ou sept pays, chacun avec son chauvinisme personnel. C’est vrai que Vercingétorix… Et je suppose qu’on voit différemment Napoléon en Espagne, etc., etc. Bref, je ne suis pas assez documentée, mais ça m’intéresse.

 
 

 

  1. Ce terme (parfois orthographié « kolossal ») désigne en italien un film à grand spectacle, une superproduction.
    []